Instincts de vie

Instincts de vie

Instincts de vie 

"Que celui qui n'a pas de raison ait de l'instinct."

Proverbe latin

 

 

La nature humaine, avec ses bons et mauvais côtés, a toujours été pour moi une source d'interrogations, de réflexions mais également d'inspiration ce qui naturellement m'a orientée vers les métiers du social.

Aujourd'hui, je voudrais partager avec vous des histoires qui m'ont touchée, émue ou révoltée, en tout cas qui ne m'ont pas laissée indifférente.

 

L'objectif de ce blog est de témoigner de ma pratique à laquelle je suis confrontée même si par moment c'est difficile à accepter. C'est ma réalité professionnelle telle que je la vis, telle que je la ressens.

 

Je voudrais préciser que toutes ces histoires, que j'alimenterai régulièrement par des articles, sont vraies mais pour respecter l'anonymat, le mien également, les noms des personnes ont été modifiés ainsi que certains contextes. 

 

Comme par ailleurs je suis quelqu'un qui se passionne pour la photographie, je vous ferais découvrir des photos prises dans le monde de Candide qui est mon pseudo sur ce blog.

Merci de me lire...

 

Présentation

Je travaille dans un ITEP, entendez par là, Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique... tout un programme.

 

En fait, je m'occupe d'adolescents ayant des troubles du comportement et de la conduite, des adolescents cassés, déjà bien abîmés par la vie, qu'on essaye d'aider et de réinsérer comme on peut.

 

C'est qu'il y a du monde chez nous pour ça, un sacré staff !

Des psychologues, des enseignants, des infirmières, des psychiatres, des chefs de service, des adjoints de direction, et la crème des crèmes, des éducateurs et des éducatrices spécialisées... Je suis l'une d'eux.

 

Pourtant ce sont bien ces hommes et ces femmes, égratignés et écorchés journellement, qui, au cœur du quotidien des jeunes, les accompagnent dans cette étape importante qu'est l'adolescence.

 

Aujourd'hui après 20 ans de métier, je commence à avoir le tournis, tournis de ces jeunes qui se débattent dans une société qui les maltraite mais aussi tournis de ces adultes, les professionnels qui se débattent eux mêmes de cette institution dans laquelle ils sont malmenés face à cette détresse humaine.

 

Nos jeunes sont dits «normaux» et ont la particularité d'être insérables dans la société... enfin, c'est ce que fondamentalement on espère.

A vrai dire, si beaucoup s'en sortent, d'autres deviennent des clients pour l'hôpital psy, quelquefois pour la taule mais aussi pour la rue en futurs SDF... 

Certains ont connu ce parcours, d'autres le connaîtront, c'est inévitable, c'est peut être tracé...