Appelez moi Dieu. - Instincts de vie

Instincts de vie

Instincts de vie

Appelez moi Dieu.

Appelez moi Dieu.jpg

 

"Tu vaudras aux yeux des autres ce que tu seras à tes yeux."

Proverbe latin

 

 

 

Je vous présente Enzo, adolescent de 16 ans dans toute la splendeur de sa bêtise, imbu de sa personnalité qui pense que sa place n'est pas ici, que ce sont les autres qui ont des problèmes. Pas lui.

 

Des conduites d'opposition et de violence dans le cadre scolaire et familial, des désordres psychologiques ont fait l'objet d'un placement qu'une prise en charge soutenue arrive à juguler en lui permettant de poursuivre une scolarité en milieu ordinaire.

 

Issu d'une famille aisée dont les parents ont chacun une bonne situation professionnelle, Enzo profite également par ricochet de l'opulence des grands parents, riches commerçants qui remplissent les tiroirs-caisse de toute la lignée.

 

Allure générale toujours impeccable avec des sapes de grande qualité et non des moindres puisque toujours de marque, Enzo est une fashion victime, versant footballeur.

Il remplit à merveille son rôle de "fils à papa" en possédant un dressing hors-norme agrémenté de nombreuses fioles de "sent-bon" dont l'innombrable variété ne saura lui attribuer cette touche si personnelle tant attendu d'un parfum.

 

Doté d'un physique avantageux, c'est un jeune homme bien proportionné dont la future musculature travaillée et soignée fera frétiller nos jeunes pintades en quête d'un idéal masculin véhiculé par la légèreté de certains médias .

Nul doute qu'à l'apogée de ses 20 ans, tatouages et corps bodybuildé finiront d'accomplir l'archétype du bogoss de nos programmes de téléréalités.

 

Pour l'heure, le port métallique d'un appareil dentaire entame largement le jeté fier et décidé de la mèche rebelle mais néanmoins étudiée (pas folle la guêpe) dans une chevelure évoquant celle des surfeurs bronzés.

 

Agaçant, il l'est tellement ce jeune homme que toute l'équipe se complaît à l'appeler en catimini « le marquis ».

Tout lui est dû, ses demandes sont des exigences et pour peu qu'une critique soit dirigée contre lui, le ton de ce jeune homme se durcit. Il exige alors des autres ce qu'il ne peut s'imposer à lui-même particulièrement tout ce qui concerne le respect.

Aucune hésitation ni remord à baptiser de chinetoque ou de négro ses pairs d'origine étrangère qui le contrarient.

 

Comme l'évoque Edgar MORIN, cet adolescent n'a certainement pas rencontré "la loi qui soumet, la loi qui humanise".

Car en matière d'humanité un grand chemin reste à parcourir.

Son paroxysme a été atteint quand une copine de classe s'est gentiment moqué de lui parce qu'il était juste décoiffé.

Mal luné ce jour là, il lui répond:

-«Ta gueule, moi au moins j'ai des cheveux ! »

Chauve, cette jeune fille avait perdu ses cheveux suite à un traitement chimiothérapique d'un cancer.

 

Mais le mea-culpa assorti d'excuses devant la classe qui était témoin de cet épisode n'a pas suffit pas à calmer l'arrogance d'Enzo.

Un jour qu'il revenait de chez lui accompagné de sa mère, je l'entends de colère prononcer des injures, « connasse, salope ».

Quand je le reprends et lui demande de cesser, il persiste :

« Oui ma mère est une connasse, c'est une pute, elle n'a pas voulu se garer là où je lui ai demandé. »

Tout ça pour ça !

 

Issu d'un gros conflit familial, plutôt objet de convoitise qu'objet aimé, Enzo est l'enjeu d'une relation parentale dévoyée, tiraillé entre le père et la mère qui l'ont en plus gâté pourri.

Trop occupés à régler leurs comptes, son univers d'enfant a été auréolé de brutalités verbales et d'agissements contradictoires dont les effets néfastes ne se sont pas faits attendre.

L'enveloppe rassurante des parents imprégnée d'affection et de douceur n'a pas fait partie du berceau d'Enzo.

Devenu adolescent, Enzo régurgite toute la violence contenue pendant sa tendre enfance.

 

Pourtant quand notre marquis se dévoile, traumatismes et terreurs sont ses principaux souvenirs.

Maintenant reste à pallier ce que la famille a oublié d'offrir à cet écorché vif.

Peut être restaurer cette faille narcissique, l'élever et lui donner des ailes pour ne pas qu'il coupe celles des autres.

En espérant que cela ne soit pas trop tard.

 

 

 

 



24/10/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres