Cosette - Instincts de vie

Instincts de vie

Instincts de vie

Cosette

blog jasmine.jpg

 

"Dans toutes les larmes, s'attarde un espoir"  Simone de BEAUVOIR

 

 

Je vous présente Jasmine, adolescente de 17 ans, au regard de braise cerné par de longs cils noirs dont malheureusement son corps imposant et massif, à la limite de l'obésité, rappelle d'avantage la physionomie d'un camionneur que celui d'une jeune fille en fleur.

 

A croire que toute sa féminité repose sur ses yeux car pour le reste, Jasmine a une apparence très masculine. Ses cheveux sont très courts, rasés comme un militaire et elle arbore en permanence une casquette qui lui mange le visage.

Sa tenue vestimentaire est à l'image de certains ados mal dans leur peau, un jean bagui qui descend à moitié fesses, toujours vêtue d' un tee-shirt ou d'un sweat bien trop grand pour son corps comme si elle voulait le camoufler.

 

Son rêve à elle, c'est d'être mécanicienne-auto, comme son tonton qu'elle adorait et qui s'est suicidé.

Sauf que, terrible injustice de la naissance, Jasmine a d'énormes handicaps qui ne lui laissent que peu de chances d'accéder à son rêve.

Pour commencer, elle est sourde et doit porter des appareils en permanence dont les parents ne peuvent pas acheter les piles du fait de leur précarité.

Elle est quasi-aveugle et souffre également d'une énorme scoliose.

Enfin, pour couronner le tout, elle ne sait ni lire ni écrire et sa légère déficience intellectuelle représente un frein réel à la compréhension de la mécanique.

 

Alors, Jasmine fait ce qu'elle peut, donne l'illusion qu'elle est quelqu'un d'important en faisant semblant de s'intéresser aux maths. Quand il y a du monde dans le salon du foyer, elle sort son livre de mathématiques et fait mine de travailler sur quelques exercices.

 

Mais comme ce stratagème n'émeut personne, Jasmine a trouvé une autre solution pour se faire remarquer, la délation. Tous les moyens sont bons pour s'octroyer une petite place.

Elle dénonce aux adultes toutes les bêtises et les transgressions des jeunes du foyer. Forcément, les conséquences ne se font pas attendre, elle finit par se faire casser la gueule, et ce très violemment, car au delà de la dénonciation, Jasmine suscite du rejet lié à sa différence.

 

Depuis, Jasmine a refusé de revenir à l'école comme elle aimait à l'appeler et se terre maintenant chez elle.

Elle vit à l'envers mais après tout comment ne pas le comprendre, elle, qui à la naissance n'a rien eu qui tournait à l'endroit.

Sans aucune relation sociale, elle dort le jour, regarde la télévision la nuit, mange et fume de plus en plus et les journées tournent en boucle ainsi.

Sans projet de vie, sans désir, même pas celui de passer le permis de conduire qu'elle a réglé en imaginant l'acquisition future d'une voiturette.

 

A l'heure actuelle, une autre institution, plus proche du domicile, a pris le relais en proposant des interventions éducatives et sociales dans le cadre familial.   

Pour ma part, je garde la foi en pensant qu'un jour, un patron tolérant et généreux lui donnera la chance de pratiquer son métier dans son entreprise, à son niveau certes, si petit soit-il, mais qui lui assurera l'espoir de croire en l'avenir.

Un jour ou l'autre, le monde tournera rond pour elle aussi.

 

                                  .....................................................

 

 

"L'acte de délation n'est pas une composante ordinaire de la nature humaine. Il intervient dans des périodes troublées, au cours desquelles des sentiments d'insécurité et de peur font resurgir d'anciennes souffrances.

On sait pourtant que ces personnes présentent souvent des troubles sérieux de personnalité, caractérisés par la dissociation de plusieurs facettes d'elles-mêmes. Là où un être épanoui peut ressentir de l'empathie face au vécu émotionnel d'une autre personne, la personnalité dissociée se comporte comme si elle était coupée de ses sentiments. Dans les cas les plus fréquents - souvent considérés comme "normaux" - une explication simpliste permet de justifier cette coupure. Dans les cas plus graves, la dissociation peut devenir schizophrénique, un mot qui signifie justement esprit coupé...

A l'origine de ce mécanisme de clivage on trouve toujours une ou plusieurs expériences traumatiques, particulièrement durant l'enfance. Souvent, c'est toute l'enfance qui a été traumatisante..."

http://www.regardconscient.net

 

 



18/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres