Destin - Instincts de vie

Instincts de vie

Instincts de vie

Destin

marche ou crève rose.jpg

 

  "Il n'y a d'avenir que pour un homme qui désire"

Louis LAVELLE

 

 

Je vous présente Paul... 17 ans.

Comme je ne suis pas psy, Paul a toujours été un mystère pour moi.
Petits yeux avec le regard en coin, vêtements stylés, même en survêt, toujours impeccable avec son éternelle sacoche qu'il ne quitte jamais, ni pour pisser, tout juste pour se laver.

J'ai été voir, moi, ce qu'il y avait dans cette sacoche un soir pendant qu'il se douchait...

En fait, il n'y a rien mais en même temps toute sa vie... sa carte d'identité, son porte-monnaie, son téléphone portable et son paquet de clopes...

Voilà sa vie car chez lui, y a rien, il passe le week-end enfermé dans sa chambre, avec des parents dépassés qui ne le regardent pas, ne le regardent plus et qui par dépit, attendent sa majorité afin qu'il quitte la maison ou autrement dit pour le foutre dehors...

Paul parle, parle et parle, un moulin à paroles, qui raconte des anecdotes, des histoires, des jeux, des films, enfin tout, tout ce qui lui passe par la tête, pourvu qu'il parle. Et il parle, il parle, il parle, enjoué, emporté...
Mais ces repas du soir sont des monologues destinés à un auditoire fantôme puisque c'est à lui même qu'il s'adresse... son pote qui mange à côté de lui, ses copains qui l'écoutent ne servent que de réceptacles, mais de réceptacles troués dont les mots finissent par se cogner aux murs de la cuisine pour enfin se perdre.

Personne ne peut répondre, pas d'échange, pas d'écho possible.


Mais Paul sait aussi se taire, ne rien dire tout un repas, la tête dans son assiette, prostré, mutique, il n'existe pas, il n'existe plus, a t-il seulement un jour existé ?

Un soir, sentant mon désappointement et mon regard persistant posé sur lui, Paul voulait savoir pourquoi je le fixais ainsi.
Je répondis : "je me demandais comment je pourrais faire pour t'aider ?"

Le regard noir, lentement, il releva la tête et répliqua clairement: "rien, si tu veux m'aider, ne fais rien".

Et il a bien raison, Paul, de me donner cette réponse... que puis-je faire moi, la soi disant crème des crèmes, avec ma question à la con, lui qui est né de père inconnu avec une mère naturelle décédée quand il avait 8 ans dont la famille actuelle ne veut plus...

Un double abandon, ça ne pardonne pas...

 

 

(En mars 2014,  la santé mentale de Paul décline, des soins psychiatriques sont   préconisés).



08/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres